Mélitée orangée  (Melitaea didyma)

  • Règne : Animalia
  • Embranchement : Arthropoda
  • Classe : Insecta
  • Ordre : Lepidoptera
  • Famille : Nymphalidae
  • Sous-famille :Nymphalinae
  • Tribu : Melitaeini
  • Genre : Melitaea

La Mélitée orangée est une espèce de lépidoptère qui fait partie  de la famille des Nymphalidae qui  compte plus 6000 espèces diurnes connues dans le monde. Elle fait aussi partie du genre Melitaea dont les membres sont appelés Mélitées et pour certain « Damier «  en raison des dessins en forme de carreaux qui ornent le dessus de leurs ailes.

Présentation

Certainement l’un des plus beaux papillons que l’on peut rencontrer dans nos jardins. L’une de ses particularités est qu’il arbore ses couleurs vives orange et noires à presque tous les stades, que ce soit la chenille, la chrysalide ou le papillon .  Seuls les œufs de couleur crème ne portent pas ses belles couleurs.

Description

Il existe chez cette espèce une variabilité assez importante qui fait qu’on peut parfois être  trompé  et ne pas le reconnaitre .

Il y a également un dimorphisme très important qui permet d’identifier facilement les mâles ou les  femelles.

Le dessus des ailes du mâle est orange avec une série de traits , de taches et de lunules brun- noir. Le bord des ailes est cerclé par une bande noire et se termine par une franche alternativement blanc et noir.

Le dessus des ailes de la femelle est beaucoup plus terne avec des teintes plus marron qu’orange. Le dessin est également différent et celui de la femelle est plus proche d’un quadrillage (caractéristique des Mélitées) que de simples  taches.

Le dimorphisme est moins important pour le dessous des ailes qui est blanc crème   même si les parties orange sont souvent bien plus étendues chez le mâle .

Au milieu femelle Melitaea didyma. De chaque côté des variantes .(Credits photo .butterfliesoffrance.com)

Autre différence : la femelle est souvent plus grande que le mâle .

En plus de Melitaea didyma qui est largement répandue il existe 2 autres formes de cette espèce . Melitaea didyma f. occidentalis que l’on trouve dans les régions méditerranéennes   et Melitaea didyma f. meridionalisque l’on rencontre davantage dans les alpes même si ces frontières peuvent être très poreuses.

C’est un papillon plutôt petit puisque son envergure varie en 30 et 40mm

Distribution

La Mélitée orangée est présente dans la zone européenne tempérée à l’exception de  l’Angleterre  et de l’Irlande . On peut également la rencontrer   en Afrique du Nord (Maroc, Algérie , Tunisie)  en Turquie et jusqu’  en Afghanistan et le Pakistan. En France elle est présente dans tous les départements à l’exception des départements du nord qui bordent la manche et la mer du nord . 

Reproduction

Après l’accouplement la femelle dépose ses œufs par paquets 30 à 70 sur la face inférieure des feuilles de ses plantes hôtes.

L’espèce donne 2 à 3 générations selon le climat et l’on peut voir les imagos (papillons) du mois de mai à la fin septembre.

Elle  hiberne par petits groupes  au stade de chenille en se dissimulant à l’intérieur des feuilles sèches ou dans des anfractuosités. Elles se dispersent au printemps et entreprennent la nymphose . Les papillons sortent de la chrysalide deux ou trois semaines après.

Plantes hôtes

La Mélitée orangée a un grand nombre de plantes hôtes parmi lesquelles  on trouve des astéracées comme les achillées ou les centaurées  , la linaire commune (linaria vulgaris) , le plantain moyen (plantago media),le plantain lancéolé (Plantago lanceolata) , la véronique germandrée (Veronica teucrium) , la molène noire (Verbascum nigrum)   ou   l’épiaire droite (Stachys recta).

Étymologie

L’espèce a été nommée et décrite pour la première fois par l’entomologiste allemand Eugen Christoph Esper en 1778 sous le nom de Papilio didyma

Comme je l’ai déjà écrit au sujet de la Mélitée du plantain il n’y a aucune réelle certitude, mais plusieurs interprétations pour ce qui concerne le nom de genre .

L’une d’entre elles propose que le nom générique « Melitaea » serait  l’un des surnoms de diane qui a eu un temple dans la ville de Melitée.
D’autres  avancent l’idée que Fabricius, l’élève de Linné qui a donné le nom, l’aurait choisi comme un surnom de la déesse Vénus.
D’autres encore  imaginent que le nom serait une déclinaison d’une ville de Thessalie, « Macleod », qui signifie en grec « miel » et que ce nom aurait été choisi pour évoquer le gout du papillon pour ce nectar.

L’épithète dydima descend du grec didumos , « double jumeau ». Il est un hommage à la déesse Artémis qui était la sœur jumelle d’apollon. Il est aussi une référence aux deux taches jumelles en forme d’ocelles (je pense les deux taches noires fermées) qui se trouvent sur les ailes antérieures.

Esper qui a donné le nom explique lui-même les raisons de ce nom dans sa description originale :

 “J’ai choisi le nom Didyma pour ce papillon. Diane l’a autrefois porté, et depuis que Linné a attaché leurs synonymes aux Nacrés , il est devenu, en fait, presque légitime de puiser dans les épithètes de Diane ?]. Cela peut participer à perpétuer le souvenir de ce nom. Les deux fissures circulaires au milieu de l’aile antérieure le distinguent de l’autre espèce. Vous voyez ocellis didymis même, cela peut signifier Didyme. “.*

Taxinomie

L’espèce a été nommée et décrite pour la première fois par l’entomologiste allemand Eugen Christoph Esper en 1778 sous le nom de Papilio didyma.

Le nom de genre Melitaea  a été donné   en 1807 par l’entomologiste danois  Johann Christian Fabricius en 1807.

*  Traduction de Jean Yves cordier

Laisser un commentaire