Pigeon biset (Columba livia)

  • Règne : Animalia
  • Embranchement : Chordata
  • Sous-embranchement : Vertebrata
  • Classe : Aves
  • Ordre :Colombiformes
  • Famille :Columbidae
  • Genre : Columba

Présentation

Comme le pigeon ramier, le pigeon biset fait partie de l’ordre des colombiformes et de la famille des colombidae qui compte une quarantaine de genres et plus de 320 espèces  . Quand on commence à s’intéresser aux oiseaux, il n’est pas toujours facile de distinguer les deux tant ils se ressemblent de loin.  Le pigeon biset est le colombidé qui est le plus présent sur la planète. Il est considéré comme l’ancêtre du pigeon domestique.  

Description

Le pigeon biset est reconnaissable à sa robe gris-bleuté et à son corps bien charpenté. Très puissant, il est aussi très léger grâce à ses os qui sont creux et qui ne contiennent pas de moelle osseuse .  Les ailes comportent deux barres noires  qui permettent de l’identifier . Les autres signes qui le caractérisent sont les couleurs irisées, violettes et vertes qui se trouvent sur son cou . Le bec fin et court est parfaitement adapté à son régime alimentaire. Il  est gris et surmonté d’une cire blanche. L’iris est orange- rouge avec un cercle plus jaune autour de la pupille. Les pattes sont rosâtres . Le plumage total du biset est constitué de plus de  10000 plumes. Il pèse 240 à 300 grammes à l’état adulte , mesure 35 cm de  long et a une envergure de 63 à 70 cm.

La femelle est un peu plus petite que le mâle  et les  iridescences sur le cou un peu moins vives.   Le plumage du biset est le plus souvent gris, mais il peut y avoir de nombreuses variations selon les individus . On rencontre ainsi des pigeons bisets entièrement blanc ou entièrement sombre. Leurs couleurs elles aussi peuvent changer. Cette grande diversité  est  due aux pigeons domestiques de « race » qui se sont échappés de leurs élevages  et se sont accouplés avec des pigeons bisets sauvages.  Le phénomène est tellement répandu que le pigeon biset sauvage type a disparu de plusieurs régions du monde. Selon la LPO les pigeons français descendraient tous de pigeons d’élevages et l’on ne trouverait plus de pigeon biset véritablement sauvage  qu’en corse.   Il n’est pas impossible que  l’arrêt de l’élevage à grande  échelle dans de nombreux pays fasse revenir au premier plan l’espèce sauvage du pigeon biset.

Alimentation

Le pigeon biset est un oiseau diurne qui a peu d’activité nocturne. Il recherche de la nourriture tôt le matin puis se repose dans la journée. C’ est un oiseau omnivore qui peut s’adapter à de nombreux habitats .  Il est essentiellement granivore.  Sa nourriture principale est à base de graines. Il peut en consommer 30 à 50 grammes par jour. +Mais c’est aussi un oiseau opportuniste qui peut récupérer des déchets alimentaires ou se nourrir à l’occasion de quelques invertébrés. Une de ses particularités est la manière dont il boit. Généralement, les oiseaux plongent la tête dans l’eau. Ils recueillent le liquide dans la mandibule inférieure puis la relève vers l’arrière pour faire glisser l’eau dans leur gorge. La raison de cette pratique vient de ce que les oiseaux n’ont pas de lèvre et ne peuvent pas aspirer.   Seuls le pigeon et les tourterelles agissent autrement et aspirent l’eau comme on le fait avec une paille. Ils doivent pour cela enfoncer complètement leur bec dans l’eau avant de pouvoir mettre en action le mécanisme qui permet à l’eau de monter en continu vers leur gorge. 

Si vous souhaitez leur mettre de l’eau à disposition, pensez à mettre des abreuvoirs assez profonds pour qu’ils puissent enfoncer complètement leur bec dans l’eau. Si ce n’est pas le cas, ils ne pourront pas l’utiliser.

Habitat

Le pigeon biset est une espèce rupestre qui se plait sur les falaises ou les reliefs escarpés riches en cavités où il peut positionner son nid. De cette caractéristique lui vient son nom anglais de  « rock pigeon ». Les premiers pigeonniers se servaient d’ailleurs de cette particularité et essayaient de reproduire les falaises escarpées en créant des niches (boulins) à l’aplomb du vide .

Où se mettre, en ville,  quand il n’y a pas  de falaise mais que l’on veut quand même ressentir cette sensation de vide ?

Comportement et distribution

Les pigeons bisets sont des oiseaux qui aiment vivre en groupe . Leur besoin de société est tel qu’ils peuvent mourir de solitude .Il sont présents presque partout dans le monde tant leurs capacités d’adaptations sont grandes. On les trouve dans toute l’Europe, mais on peut aussi bien les rencontrer dans les climats chauds et humides comme les tropiques, dans le nord de l’Afrique du Sénégal au soudan, mais aussi dans les pays froids comme le Canada ou la Norvège.  

Ils sont sédentaires. Les petits déplacements qu’ils effectuent se font toujours pour des raisons alimentaires.

Vol    

Les pigeons bisets sont de très bons voiliers qui ont un vol puissant et énergique grâce à une musculature développée . Les pigeons sont capables de faire des vols  très rapides.  Un adulte peut  atteindre les  150 km/h  sur de courtes distances. Lors de vols moins rapides à 100 km/h,   le pigeon peut effectuer 30 000 battements d’ailes /heure. Ils aiment voler en groupe  à basse altitude au-dessus du relief,  mais ils sont  également capables de voler en  haute altitude.  

Reproduction

La parade nuptiale du pigeon peut être facilement observée en ville. Le mâle tourne autour de la femelle en roucoulant et en gonflant le torse. Il exhibe aussi son plumage et donne des petits coups de bec sur le cou de la femelle pour lui montrer son intérêt en poussant des roucoulements caractéristiques.  Comme chez d’autres colombidés, on peut également observer un vol nuptial pendant lequel les mâles battent lentement des ailes pour attirer le regard des femelles  . Les pigeons sont monogames et s’unissent pour la vie. Seule la mort de l’un des deux peut défaire les couples et en recréer un autre.

Sur le fil de la seduction
Il fait le paon

Après l’accouplement, les parents fabriquent le nid qui est souvent une simple dépression à l’aplomb d’une falaise recouvert de brindilles d’herbes et de mousses . En réalité, ils ne sont pas très difficiles et peuvent s’adapter pourvu qu’ils trouvent un endroit plat et protégé.  Les pigeons sont connus pour leur forte capacité à la reproduction . Une pigeonne peut pondre 2 à 3 fois par an . En général, elle pond 2 œufs . La période des amours commence en Mars et s’étale jusqu’au mois d’octobre.

Mais madame fait aussi sa sucrée
hein!
Dédaigneuse

L’incubation, qui dure de 15 à 20 jours, est principalement à la charge de la femelle même si le mâle peut parfois participer . Les petits sont nourris par les deux parents grâce au lait de pigeon (ou lait de jabot*) fabriqué par la femelle comme par le mâle pendant les premiers jours puis des graines sont intégrées petit à petit à l’alimentation. Les juvéniles naissent avec un petit duvet jaunâtre. Ils pèsent 15 grammes à la naissance et prennent rapidement du poids.   Ils restent au nid pendant de 5 semaines avant de prendre leur envol. Leurs plumes apparaissent vers le 5e jour et le plumage est quasiment complet 30 jours plus tard .    Comme tous les oiseaux nidicoles, les parents s’occupent des petits 1 à 2 semaines après qu’ils aient sauté du nid et ne s’arrêtent que lorsqu’ils sont capables de se débrouiller seuls. Le couple prépare alors immédiatement une deuxième ponte .

La maturité sexuelle est en général atteinte dès la première année. On connait des pigeons domestiques qui ont vécu 31 ans, mais les pigeons sauvages ont une espérance de vie qui ne dépasse pas 6 ans .  

Domestication

Les premières traces de la domestication du pigeon biset remontent à la préhistoire. Les premiers hommes avaient compris le parti qu’ils pouvaient tirer de la forte capacité de reproduction de ces oiseaux . Cette source d’alimentation était bien plus facile à gérer que les chasses dangereuses qu’ils devaient pratiquer pour obtenir d’autres nourritures. Les niches ou boulins étaient taillées pour recevoir les couples. Les pigeons pouvaient facilement être attrapés et les œufs étaient recueillies  à l’aide d’une échelle ou de branches plantées dans la paroi.  

Pigeon biset sombre, ci dessus, et clair à droite qui montre la variabilité des pigeonts due au croisements effectués par les éleveurs
Pigeon biset blanc

C’est en Égypte  puis à Rome que la domestication  se développa  et que le pigeon fut utilisé pour sa chair puis par sa capacité  à transporter des messages. Les Romains construisent d’énormes pigeonniers de plus de 4000 pigeons et ces derniers servent aussi bien pour manger que pour prévenir qu’une course de chars va avoir lieu .

La possession d’un colombier est alors un signe de richesse et de pouvoir. Le nombre de pigeons signe l’importance sociale de son propriétaire. Les pigeonniers seront introduits en France par les Romains.  Au moyen âge, seuls les seigneurs  laïques ou ecclésiastiques ont le droit de posséder des pigeonniers . Ce privilège  disparaitra à la révolution.  Le pigeonnier  du château des baux en Provence est célèbre car les niches (ou boulins)  des pigeons sont taillés à même la roche.  

Pigeon voyageur

Le pigeon voyageur est un oiseau qui appartient à l’espèce sauvage  du  pigeon biset et  qui a été sélectionné par des éleveurs pour effectuer des voyages afin de livrer des messages . Dans les temps anciens le pigeon jouait le rôle que jouait à une certaine époque le télégramme ou  aujourd’hui le téléphone .

Les premiers pigeonniers essayaient
de reproduire les falaisesescarpées
en créant des niches (boulins)
à l’aplomb du vide .
Pigeonniers égyptiens

Le message envoyé par le pigeon était d’ailleurs nommé un colombogramme . l’éleveur des pigeons était appelé un colombophile. Les Égyptiens, 3000 ans avant Jésus-Christ,  avaient déjà recours à ce type de procédé pour annoncer l’arrivée de leurs bateaux plusieurs jours avant . Les pigeons étaient  également très utilisés lors des guerres pour transmettre les informations en passant par-dessus les lignes adverses sans risquer la vie de soldats.  

Pigeonnier troglodyte
Pigeonnier du manoir d’Ango à Varengeville-sur-Mer
pigeonnier de la grange à l’abbé

On se servait  pour cela une des caractéristiques naturelles de l’oiseau qui revient naturellement dans son pigeonnier. Ce mode de transmission n’était pourtant pas aussi simple.  Les pigeons ne savent faire que revenir à leur pigeonnier d’origine . Il fallait  donc que celui qui envoie le message ait un pigeon qui venait du pigeonnier d’origine et que celui qui voulait répondre possède  des pigeons originaires  du pigeonnier de son « correspondant ». L’utilisation de ce moyen de communication fut abandonnée avec l’arrivée des communications modernes.

Un pigeon relâché à 1000 km de son pigeonnier le matin est capable d’être de retour le soir. 1000 à 1200 kilomètres sont d’ailleurs la limite qu’ils peuvent parcourir. On connait des pigeons qui ont traversé les océans et parcouru plus de 6000 ou 8000 km, mais on pense qu’ils se sont posés sur un ou plusieurs bateaux pour se reposer puis qu’ils ont poursuivi leur route.

L’un d’eux s’était trompé de route. Lâché sur l’ile de Guernesey, le pigeon biset était censé revenir à son pigeonnier près de Newcastle dans le nord de l’Angleterre. Mais son propriétaire ne l’avait pas vu revenir. Il était persuadé de l’avoir perdu lorsqu’il apprit quelques semaines plus tard que son pigeon avait été retrouvé dans l’état de l’Alabama à plus de 6000 kilomètres de chez lui.

Les pigeons sont capables de voler à des vitesses élevées qui vont de 70 à 120 km . En 2012, un pigeon français aurait même battu des records en parcourant 127 km / heure. 

Le 28 juillet 2016, une vidéo a même été postée où l’on voyait un pigeon qui suivait un camion sur l’autoroute et qui semblait profiter de l’aspiration à plus de 100 km/h . Deux spécialistes des pigeons furent interrogés sur la véracité de cette vidéo et conclure que cela était tout à fait possible.

Étymologie

Columba est le nom du pigeon en latin. On dit Colombus pour les mâles. Le mot latin lui-même est dérivé du grec ancien Kolumbos , plongeur qui renvoie au comportement de l’oiseau en vol qui effectue parfois des plongeons spectaculaires.

L’épithète « livia » vient  du mot latin liveo qui signifie « bleuâtre ».  Il signifie aussi  envieux ou jaloux même si ici le premier sens semble être le bon pour qualifier l’oiseau qui peut paraitre  gris-bleu.

Pigeon : L’origine du mot est onomatopéique. Elle vient de l’origine latine pipio, pipilo (pépier ou piauler) qui se veut imiter le cri du pigeon . On retrouve la même racine en grec Pippozo.

 Le roucoulement des pigeons serait aussi à l’origine des verbes ruk ou rouk qui auraient ensuite donné le mot latin raucus (rauque) qui signifie « enroué » .

Le mot a également donné la couleur « gorge de pigeon » qui renvoie aux reflets changeant des plumes de l’oiseau.

Le qualificatif  « Biset » est un diminutif de  la couleur bis ou bise qui désigne des tons gris-beige  ou brun. On retrouve ce mot dans la locution pain bis  qui est un pain fait avec de la  farine de seconde qualité . On le retrouve aussi dans le verbe « Biser » que l’on emploie pour  parler des graines qui vieillissent et qui noircissent.

Les autres pays ont choisi d’autres qualificatifs pour le nom vernaculaire ; les Anglais, les Allemands et les pays du nord mettent l’accent sur son lieu de nidification en le nommant  rock pigeon (anglais) ,  felsentaube (allemand) Klipduva (suédois).  Pour les Espagnols et les Italiens,  il reste le pigeon sauvage (Paloma brava ou Piccione selvatico)

* Colombine : fientes de colombes (pigeons ) séchées qui sont utilisées comme engrais. Par extension, le colombin est devenu un terme d’argot pour désigner les excréments des humains.  

* Boulin : Le boulin est une cavité dans le mur d’un pigeonnier ou colombier qui sert de nid au pigeon. Les boulins peuvent être en brique en torchis ou même taillée dans la pierre . Certains pigeonniers romains comptaient plus de 50 000 boulins . Le pigeonnier de la grange à l’abbé à Saint Yrieix en Charente compte lui plus de 2800 boulins.

Colombogramme :  message transporté par un pigeon voyageur

Colombophile : Personne qui élève et  dresse des pigeons voyageurs.

* voir mon article sur le lait de jabot: https://lejardindesoiseaux.fr/odonates/lait-de-jabot-ou-lait-de-pigeon/

Laisser un commentaire