Le système génital des oiseaux

Mais où est donc passé le pénis des oiseaux ?

Contrairement aux mammifères, la plupart des  oiseaux mâles n’ont pas de pénis. Mâles comme  femelles sont dotés d’un cloaque qui rend très difficile la différenciation des sexes.

Il faut alors se rabattre sur les signes sexuels secondaires bien connus comme le plumage, la crête , les barbillons,  le chant,  la taille  ou le comportement  qui est aussi un élément du dimorphisme. Les parades qui précèdent l’acte sexuel  et la position lors de l’accouplement au printemps donnent souvent de bonnes indications. En général, le mâle est plus gros et il porte un plumage nuptial au printemps, mais il faut de méfier,  car dans  quelques plus rares espèces le dimorphisme est inversé et ce sont les femelles qui sont plus grosses (rapaces) ou qui portent le plumage coloré.

Reste que certaines espèces ne montrent aucune différence et  que seule l’analyse des parties génitales intérieures permet de différencier le mâle de la femelle .

L’acte sexuel chez 97% des oiseaux se déroule sans pénétration, mais par rapprochement des cloaques. Ce dernier est un organe à multiple fonction puisqu’il permet l’évacuation de l’urine et des excréments, mais aussi chez le mâle la sortie du sperme et chez la femelle l’entrée du sperme ou  la sortie des œufs.

Pour réaliser l’accouplement,  le mâle monte sur la femelle ,applique son cloaque sur celui de la femelle puis y injecte son sperme . Bien que le cloaque soit un orifice, les parties sexuelles des oiseaux  n’en sont pas moins présentes chez les oiseaux   . Chez le mâle les 2 testicules en forme de haricot se situent au niveau des reins. Ils peuvent grossir de 200 à 400 fois pendant la période de reproduction. Chez la femelle le vagin est également intérieur puis conduit vers l’oviducte où les spermatozoïdes  sont conduits vers les ovules.

Pendant la période de reproduction, le cloaque du mâle comme celui de la femelle gonflent et apparaissent comme une légère saillie. Les testicules du mâle fabriquent les spermatozoïdes tandis que les ovules de la femelle, qui se présentent comme une grappe, arrivent successivement à maturité. La rencontre des deux sera au départ de la fabrication des œufs.

Une particularité fait que l’ovaire droit des femelles est atrophié par rapport au gauche  alors que le testicule gauche du mâle  est plus gros que le droit. On retrouve ce type d’asymétrie  chez d’autres espèces comme les serpents et les lézards .

Les oiseaux mâles  avec un pénis

97 % des oiseaux n’ont pas de pénis, mais 3 pour cent en ont un . Parmi eux on trouve les canards , les oies et les autruches.

Les canards sont remarquables à ce sujet. Certains comme le canard argentin (Oxyura Vittata) ont des pénis de plus de 40 cm. Peu de gens le savent, mais le canard argentin est aussi l’animal qui, proportionnellement, a le plus long pénis. ce dernier fait carrément la taille de son corps soit 42 cm .  La baleine à un pénis de 2 mètres de long, mais comme son corps fait trente mètres de long le ratio est bien plus faible . L’éléphant avec son pénis de 1 mètre 50 est pas mal placé, mais ne peut concurrencer le canard argentin qui gagne haut la main le concours de celui qui a la plus longue.

Mais tous les canards n’ont pas le pénis de l’Argentin, même si tous sont plutôt bien dotés avec des tailles qui vont de de 20 à 30 cm. Une autre particularité du canard est que son pénis n’apparait qu’au moment de la copulation et se déploie en moins d’une demi-seconde. Son érection est dite « explosive » puisqu’il éjacule dans le même temps .

la vie sexuelle des canards est peu connue mais passionnante. Elle est un bel exemple du conflit sexuel qui existe entre mâle et femelle dans de très nombreuses espèces. Le conflit sexuel chez eux s’est même imprimé dans leur corps .

Leurs appareils génitaux doivent en effet leur forme à ce  conflit qui est au cœur de la relation sexué .

Quand le conflit sexuel façonne les sexes

Comme je l’ai écrit ailleurs, le conflit sexuel nait de la biologie et de la différence qui existe entre les mâles, qui ont beaucoup de spermatozoïdes à distribuer, et les femelles qui ont peu de gamètes et désirent choisir à qui elles vont les confier.  Cette différence crée des intérêts opposés qui créent le conflit. Comment s’entendre quand l’un veut arroser à tout va, et l’autre a besoin de sélectionner. Les biologistes parlent de sexe quantitatif pour les mâles alors qu’il évoque le sexe qualitatif pour les femelles.

En observant les canards, les spécialistes se sont aperçus que la forme de leurs sexes était très étrange. Le pénis comme les voies génitales de la femelle sont spiralés, mais le pénis est vrillé dans un sens alors que le conduit  de la femelle est vrillé dans un autre sens . Inutile de dire que toute pénétration est rendue très délicate.  Le mâle a donc beaucoup de difficulté  pour  entrer dans le conduit spiralé en sens inverse de la femelle.  Mais son sexe peut aussi être dirigé dans des voies de garage qui ne mènent nulle part et rend impossible toute fécondation.

Après réflexion, les scientifiques ont émis l’hypothèse que cette évolution qui s’est réalisée sur plusieurs millénaires était la conséquence du conflit sexuel et le fruit de la sélection naturelle chère à Darwin  .

Comme les mâles étaient très violents dans leur sexualité  et qu’ils prenaient souvent de force les femelles la sélection naturelle est intervenue pour limiter la casse. Elle  a favorisé les femelles dont le vagin rendait difficiles les rapports  sexuels afin que celle-ci puisse maitriser un peu plus la reproduction et les pulsions  trop agressives des mâles. D’une certaine manière la nature a créé des orifices sexuels féminins qui possèdent leur propre moyen contraceptif pour limiter les naissances qui auraient été beaucoup trop nombreuses si les mâles avaient pu s’accoupler facilement .

Laisser un commentaire