Traquet motteux (Oenanthe oenanthe)

  • Règne : Animalia
  • Embranchement : Chordata
  • Sous-embranchement : Vertebrata
  • Classe : Aves
  • Ordre :Passériformes
  • Famille :Muscicapidae
  • Genre : Oenanthe

Présentation

J’ai eu la chance de voir ce passereaux  pour la première fois lors de vacances dans le Cotentin. J’ai d’ailleurs ce jour-là découvert deux choses très belles. Le traquet motteux et le petit port de Goury . J’ai pu photographier là un traquet motteux femelle, un pipit d’Amérique et deux bergeronnettes grises, dont une juvénile.

Traquet motteux femelle

Il y avait de nombreuses autres espèces que je n’ai pas pu prendre en photo car elles étaient trop éloignées de l’endroit où je me trouvais. J’imagine que le nombre d’espèces  était dû à la présence de ces landes très riches en plantes et en insectes . J’en ai gardé un très beau souvenir et l’idée qu’il fallait que j’y revienne un jour pour y passer plus de temps .

Mon rêve serait de passer dans le Cotentin  une retraite paisible entièrement consacrée à l’observation et l’étude des oiseaux. 

Le petit port de Goury dans le Cotentin

Mais mon rêve serait aussi de passer ma retraite au bord du Golfe du Morbihan qui est mon pays de cœur ou sur la presque ile de Crozon qui est aussi un paradis pour oiseaux. Vous aurez compris que mon rêve en fait est assez simple  et qu’il consiste à pouvoir passer le plus de temps possible dans de beaux paysages où les oiseaux sont nombreux et heureux de vivre.

Bergeronnette grise
Pipit d’ Amérique

Famille

Autrefois, classé parmi les Turdidés, le traquet motteux comme d’autres espèces a été reclassé parmi les Muscicapidés. Cette famille de passereaux est constituée de 51 genres et de 330 espèces. Elle regroupait au départ les gobe-mouches, mais les recherches récentes ont montré qu’il fallait leur adjoindre des espèces qui appartenaient jusqu’alors aux turdidés , aux Timaliidés ou aux sylviidés.  Les membres de cette famille ont la particularité d’être des insectivores qui attendent leurs proies sur une branche et qui les capturent en vol ou au sol grâce à leur bec. Leur régime insectivore fait que ce sont souvent des migrateurs.

Le traquet motteux a été décrit et nommé pour la première fois en 1758 par le naturaliste suédois Carl von Linné sous le nom initial de Motacilla oenanthe.

Description

Le traquet motteux est un petit passereau qui a la taille d’un verdier d’ Europe . il mesure 16cm , pèse 26 à 30 grammes et a une envergure de . Mâle et femelle ont chacun une virgule blanche au-dessus des yeux, mais le dimorphisme, en dehors de cela, est assez important . En plumage nuptial, le mâle a les ailes noires et le dos gris. le bout de sa queue ainsi que le masque sur ses yeux sont également d’un noir marqué, sa gorge est beige et son ventre blanc.

Traquet motteux femelle

La femelle porte la même forme de costume, mais dans des teintes plus brunes avec des camaïeux qui vont du beige clair au marron plus ou moins foncé. Le masque de la femelle est moins contrasté  et plus marron que noir . Mâle et femelle ont un bec  long et fin  d’insectivore de couleur foncée et des pattes marron  . En plumage internuptial les couleurs du mâle se rapprochent de celle de la femelle et la différenciation entre les sexes est alors moins facile .

Les juvéniles, comme souvent, ressemblent à leur mère,  mais ont le dos et la poitrine tachetée de virgules brunes .

L’espérance de vie du traquet motteux est de 7 ans

Migration

Malgré sa petite taille, le traquet motteux est un très grand migrateur. Il est même le petit passereau qui effectue le plus grand trajet. La sous-espèce Oenanthe oenanthe leucorhoa qui vit au Groenland à la belle saison est un champion puisqu’il peut parcourir plus 14 500 kilomètres entre l’Alaska et l’Afrique subsaharienne en automne puis 14 500 kilomètres au printemps pour retourner vers ses lieux de nidifications. Soit 29 000 kilomètres au total que le traquet motteux parcourt en 90 jours de vol. Lors de ces migrations, les traquets survolent le nord de la Russie, le Kazakhstan, le Turkménistan puis l’Iran avant de traverser le désert d’Arabie pour arriver au soudan en Ouganda ou en Éthiopie. Ils parcourent en moyenne 320 kilomètres par jour.

Migration des traquets motteux des iles Baffin au Royaume uni (3400 km)
Migration des traquets motteux de l’Alaska en Afrique (14500 km)

Les populations qui nichent dans le Nord-est canadien font des migrations plus courtes de 7500 km, mais doivent traverser l’atlantique pour arriver en Afrique de l’Ouest où ils passent l’hiver .

Grâce à des GPS miniatures des ornithologues ont aussi pu suive la migration d’un groupe de 16 traquets motteux qui était parti de l’ile Baffin au Canada et qui avait traversé l’atlantique nord pour rejoindre le royaume uni . Les oiseaux avaient parcouru les 3400 kilomètres qui séparent les deux iles en moins de quatre jours, soit en parcourant plus de 850 km par jour.

Des études sur les migrations des oiseaux nichant au nord du Tessin ont montré que les traquets motteux survolaient la méditerranée puis le Sahara à une altitude comprise entre 2000 à 4000 mètres. Certains d’entre eux qui pèsent à peine 25 grammes ont même été enregistrés en train de voler à plus de 5000 mètres.  Les recherches ont également montré que les oiseaux venant de Suisse s’étaient posés dans les montagnes de Kabylie en Algérie puis avaient passé dix jours pour refaire des réserves avant de poursuivre leur route en survolant le Sahara pour se rendre dans les pays plus au sud .  Les traquets motteux sont également présents en République du Congo et jusqu’en Tanzanie .

D’autres observations ont montré que d’autres Traquets partis d’Alaska avaient pris la direction opposée et

Les traquets qui vivent en France sont relativement peu nombreux . On compte 20 000 à 30 000 couples qui partent tous en septembre et octobre vers leurs lieux d’hivernage en Afrique subsaharienne.

.

Étymologie

Le nom de genre Œnanthe vient des mots grecs « oinos , vin et anthe,fleur . Pour Pline œnanthe désignait le raisin de la vigne sauvage . Il semblerait que le naturaliste suédois Linné ait nommé œnanthe le traquet motteux parce que l’arrivée de l’oiseau correspondait avec la floraison de la vigne.

Oenanthe a été utilisé aussi comme épithète pour qualifier l’oiseau.  Cela semble montrer que la floraison de la vigne et la présence de l’oiseau étaient vraiment liées .  Dans son étymologie du nom des oiseaux, Pierre Cabard avance l’idée que le mot œnanthe pourrait aussi designer la couleur gris bleue du dos du traquet qui se rapproche de la couleur de certains raisins.

Le nom vernaculaire traquet vient d’abord du traquet des moulins . Cette pièce était un morceau de bois qui faisait tomber le blé sur la meule  avec un bruit répétitif  Tek-tek qui se rapproche du cri  de l’oiseau et qui a donc inspiré celui qui l’a nommé traquet .

Le qualificatif motteux a été ajouté, car le traquet motteux aime se  percher sur les mottes de terre pour surveiller les alentours avec un peu de hauteur  . De là viennent aussi ses autres surnoms comme le laboureur, le garde-charrue ou le traine-charrue. Un ancien nom de l’oiseau est aussi cul blanc et l’on retrouve  la même idée chez les Italiens qui le nomme culbianco ou en patois normand Tchu blanc). Les Espagnols le nomment collalba gris (traquet gris), les Néerlandais « tapuit ». Le mot  d’origine onomatopéique évoque l’idée de pierre que l’on frappe. Les Allemands disent schmätzer  ou celui qui  mange bruyamment  .

Citations

Citations

« Le Motteux, anciennement Vitrec, vulgairement Cul-blanc. Cet oiseau commun de nos campagnes, se tient habituellement sur les mottes dans les terres fraîchement labourées, & c’est de-là qu’il est appelé motteux; il suit le sillon ouvert par la charrue pour y chercher les vermisseaux dont il se nourrit; lorsqu’on le fait partir, il ne s’élève pas, mais il rase la terre d’un vol court & rapide, & découvre en fuyant la partie blanche du derrière de son corps, ce qui le fait distinguer en l’air de tous les autres oiseaux, & lui a fait donner, par les chasseurs, le nom vulgaire de cul-blanc […]. « 

Georges louis Leclerc , comte de Buffon

« Le traquet motteux capture volontiers quelque insecte en l’air  par un habile vol papillonnant ; il vole parfois sur place contre le vent  pour guetter ses proies. La plupart de ses chasses  se déroulent au sol, dans les gazons et les rocheux, sur la terre nue, qu(il parcourt en tous sens, piquant les insectes ici et là.  Ses victimes sont des coléoptères (carabes, staphylins,, curculionidés, élatéridés), des diptères et leurs larves  des hyménoptères (fourmis, bourdons), divers papillons et chenilles, des sauterelles , etc . »

Paul Géroudet

Laisser un commentaire