Zygène de la filipendule ou zygène du pied de poule (Zygaena filipendulae)

  • Règne : Animalia
  • Classe : Insecta
  • Ordre : Lepidoptera
  • Famille : Zygaenidae
  • Sous-famille : Zygaeninae
  • Genre : Zygaena

La zygène de la filipendule fait partie de la famille des zygaenidae. Elle est rangée dans les hétérocères diurnes. C’est-à-dire dans la catégorie des papillons de nuit qui vivent aussi le jour.

Selon certaines sources, cette nomination paradoxale serait le résultat d’anciens classements qui n’ont pas été remis à jour et qui continuent d’être utilisés. Une autre explication serait que les zygènes, bien qu’ayant des antennes en forme de massue caractéristiques des rhopalocères (papillons de jour), possèdent aussi un frein reliant l’aile postérieure et antérieure présent uniquement chez les hétérocères. Mais le mieux est de laisser les spécialistes à leur classement et d’attendre qu’un consensus plus logique que « papillons de nuit qui vivent le jour » se dégage.

Zygène de la filipendule ou zygène pied de poule sur sedum.

La zygène de la filipendule est très présente au jardin en raison de ses gouts alimentaires qui lui font butiner une grande variété de fleurs et de sa capacité à s’adapter à tous les habitats (plaines, prairies humides, pelouses sèches , gravières, alpages, etc…). On peut la voir du mois de mai au mois d’aout. Sa plante hôte principale est le lotier corniculé (lotus corniculatus) mais elle peut utiliser aussi les spirées et dans la région méditerranéenne, les badasses (Dorycnium pentaphyllum). Je suis toujours heureux de la rencontrer au jardin, même si elle n’est pas aussi sympathique qu’on pourrait le croire en la voyant dans sa belle livrée grise et rouge. La zygène de la filipendule pratique en effet, comme un grand nombre d’animaux, l’aposématisme.

La zygène de la filipendule est un papillon dit : aposématique.

C’est-à-dire que par la couleur rouge et noire de sa tenue et ses 12 points (6 par aile) elle envoie un message clair aux éventuels prédateurs. Message qui les prévient qu’elle est toxique et que la croquer ne sera pas qu’une partie de plaisir.

Sa Toxicité est due à la présence de curare qu’elle émet par la base de sa trompe quand elle est capturée. Les tissus de la zygène sont également imbibés par cette substance qui, dit-on, en a refroidi plus d’un.

Le phénomène de l’aposématisme a été découvert en 1866 par le naturaliste et explorateur Alfred Russel Wallace .

Charles Darwin pensait que les couleurs pouvaient jouer un rôle pour la sélection sexuelle (l’animal se fait « coloré » pour attirer l’autre sexe) mais il voyait bien que cela ne collait pas dans le cas des couleurs vives de certaines chenilles qui sont sexuellement non actives.

Lors d’un échange avec lui , Wallace lui fit remarquer que les rayures jaunes du frelon prévenaient d’un danger de piqure et qu’il pouvait en être de même pour d’autres animaux, dont les chenilles.

Il lui expliqua aussi qu’un de ses amis avait remarqué que les oiseaux de sa volière se jetaient sur certains papillons et refusaient d’en manger d’autres. Wallace finit par convaincre Darwin et la preuve expérimentale de la toxicité des papillons fut apporté en 1869 après 2 années de recherches.

L’aposématisme est une sorte de publicité faite pour décourager les prédateurs. Elle peut être signalée par la couleur comme on l’a vu dans le cas de zygène, mais peut aussi s’exprimer par tout signe qui rebute comme la forme, le son , l’odeur, le gout , etc….

Partant de la découverte de Wallace, le zoologiste Edxard Bagnal Poulton a créé le terme aposématisme en 1890. Il est construit sur les mots grecs anciens apo (loin ) et sema(signe) pour signifier qu’il s’agit d’un signal que l’on peut voir de loin et qui prévient les autres animaux .

La famille des zygaenides comprend un grand nombre d’espèces (50 ou60) toutes plus belles les unes que les autres. Une des caractéristiques de la famille est la couleur rouge et noire, signe de danger comme nous l’avons vu plus haut. Une autre est la forme de leurs antennes qui fait penser à des marteaux. Cette particularité leur a même donné leur nom puisque « zygaena » en latin signifie « Marteau ». le qualificatif “filipendule” , lui , vient du latin filipendulae qui est le nom de l’une de ses plantes hôtes, la spirée.

Celles que je rencontre le plus souvent dans mon jardin sont la zygène de la coronille, celle du trèfle, celle de la filipendule, ou la zygene fausta (zygène de la petite coronille) (voir photos). Mais vous en verrez surement d’autres chez vous si vous êtes attentif tant cette famille est vaste et ses espèces nombreuses.

7 juin 2022

Laisser un commentaire