Mésange charbonnière-Parus major -Great Tit

  • Règne : Animalia
  • Embranchement : Chordata
  • Classe: Aves
  • Famille : Paridae
  • Ordre :Passeriformes
  • Genre : Parus

La mésange charbonnière est une espèce de passereaux de la famille des “paridae”.

Mésange charbonnière

Description

Elle est la plus grande des mésanges (major) et l’un des oiseaux que l’on voit le plus aux jardins avec la mésange bleue, le merle ou le rouge-gorge. On l’identifie facilement avec sa calotte noire, ses joues blanches, son ventre jaune, son dos verdâtre  et sa bande ventrale noire. Ses ailes et sa queue sont noires et paraissent teintées de bleu par moment . Elle possède une bande alaire blanche qui traverse le début des ailes de bas en haut .  

Les juvéniles sont plus ternes. La calotte n’est pas noire, mais gris foncé . Le corps est jaune pâle et la bande ventrale plus fine est en train d’apparaitre  . les joues, elles aussi, sont encore jaune pâle. Elles  deviendront blanches un peu plus tard 

Mésanges charbonnières juvéniles

Alimentation

Son alimentation est variée . Au printemps et en été, elle est essentiellement insectivore et elle devient granivore en hiver . Elle vient alors volontiers  aux mangeoires où  elle apprécie tout particulièrement les graines de tournesol . Les juvéniles ou “pullus* ,eux, sont nourris avec des chenilles ou des vers  qui contiennent les éléments énergétiques dont ils ont besoin pour se développer.

Nidification

Son alimentation est variée . Au printemps et en été, elle est essentiellement insectivore et elle devient granivore en hiver . Elle vient alors volontiers  aux mangeoires où  elle apprécie tout particulièrement les graines de tournesol . Les juvéniles ou “pullus* ,eux, sont nourris avec des chenilles ou des vers  qui contiennent les éléments énergétiques dont ils ont besoin pour se développer.

Les parents mésange charbonnières evacuent les sacs fécaux des juvéniles

Nidification

Elle a lieu au printemps à partir du mois d’avril . Le nid est bâti par la femelle dans une cavité. La construction dure en 2 et 20 jours. La femelle peut pondre de 6 à 12 œufs. L’incubation  ou l’action de couver dure  13 à 14 jours . Les juvéniles passeront  3 semaines environ dans le nid avant d’en sauter pour le quitter définitivement .

Il faudra encore 3 ou 4 semaines pour que les jeunes deviennent à peu près autonomes et puissent se passer des parents. Pendant cette période jeune et parents ne s’éloignent jamais à plus d’une centaine de mètres les uns des autres . Je rappelle qu’à ce moment-là il ne faut surtout pas intervenir si l’on voit un juvénile par terre, car c’est tout à fait normal . Il vient de sauter  du nid et mettra un jour ou deux avant de  pouvoir aller se réfugier  dans un arbre.  Mais ses parents le surveillent et s’occupent de lui . Le ramasser en croyant bien faire  et le mettre à l’abri chez soi serait le couper de ses parents et dans la plupart des cas le condamner.

Si le climat le permet, les mésanges charbonnières auront une seconde couvée vers le mois de juin -juillet.

Durant la période où les juvéniles sont dans le nid, les parents ont beaucoup de travail  et effectuent  des allers-retours incessants entre le nid et l’extérieur . On les voit revenir avec une chenille ou un ver dans le bec et, quelques instants après,  ressortir avec un petit sac blanc.

Cette poche, ou sac fécal , contient les excréments des juvéniles . Car le nid doit toujours rester propre. Les parents en retirent tout ce qui  pourrait causer des maladies : les coquilles cassées, les œufs non éclos, les oisillons morts, ainsi que les déjections qui sont enfermées dans le sac fécal.   

Migrations

En Europe, la plupart des mésanges sont sédentaires  même si certaines effectuent des  petites migrations pour trouver des endroits mieux adaptés à leur besoin ou plus riches en nourritures. En revanche, la migration est bien plus fréquente  chez les mésanges qui vivent dans les pays baltes ou en Russie.

Dimorphisme

Mésange charbonnière mâle (à gauche)et mésange charbonnière femelle (à droite)

le mâle a une cravate noire ventrale très large alors qu’elle est beaucoup plus fine chez la femelle.

Ethymologie

La mésange charbonnière a été nommée « parus major » par le naturaliste  suédois Carl von Linné en 1758. 

Selon certains linguistes, « mésange » viendrait d’une forme germanique « mésinga », qu’on peut retrouver dans l’allemand Meise, « mésange ». Pour d’autres, le mot descendrait du francique (langue de nos ancêtres les Francs) mésinga. L’origine est différente, mais la racine mésinga reste la même.

Le terme de « paridae » qui définit la famille des mésanges viendrait, lui, du latin « parra » qui signifie « oiseaux de mauvais augure » .

D’autres sources pensent que le terme “parus” évoque plutôt la petite taille de l’oiseau. Charbonnière, ou couleur charbon, désigne  la calotte noire typique de l’oiseau. Les Bretons nomment d’ailleurs la mésange Penglaou (tête de charbon) ou  penduik (tête noire).   

 « major » qui a été accolé à « parus » signifie grand et veut simplement dire que la mésange charbonnière est la plus grande des petites mésanges. Elle mesure 14 cm pour 15 à 20 grammes, contre 12 cm de long et une dizaine de grammes pour les autres mésanges .

Le nom italien de la mésange charbonnière,  “Cincia”, est une onomatopée qui reproduit le son de ses cris rythmés « cink, cink , cink. »

En anglais on l’appelle titmouse, un mot composé de « tit » “petite” et de mouse, qui descend du vieil anglais  mose,  qui veut dire « mésange » mais aussi « souris » .

Les Espagnols, eux, l’appelle « paro » mais dans la langue de tous les jours, ils optent pour herrerillo, « petit forgeron » en raison du bruit métallique qu’elle produit lorsqu’elle pousse ses petits cris.

Certains Français qui avaient remarqué son gout pour les matières grasses l’ont baptisé « lardenne « un mot proche de lard. D’autres l’appellent « pique-abeille », »mangent-avette » (l’avette désigne l’abeille) ou « pique moche » car elles ne détestent pas manger quelques abeilles à l’occasion, quand la nourriture se fait rare .

Espèces

La famille des paridae compte 60 espèces de mésanges reparties sur plusieurs genres . Comme on l’a vu plus haut avec l’analyse de son nom, la mésange charbonnière est l’une des plus grosses alors que la mésange nonnette est l’une des plus petites.

Citations

A vous, je peux bien dire cela tranquillement ; vous n’irez pas tout de suite me soupçonner de trahir le socialisme. Vous savez bien qu’au bout du compte, j’espère mourir à mon poste : dans un combat ou au pénitencier. Mais mon moi le plus profond appartient plus à mes mésanges charbonnières qu’aux “camarades”.

Rosa Luxemburg

Autres photos

Laisser un commentaire